La relance passera aussi par nos services publics !

La crise sanitaire que nous traversons a bouleversé la vie quotidienne des Français et a challengé la gestion de nos services publics. Mais elle a démontré – enfin une bonne nouvelle ! – la résilience exceptionnelle des services publics essentiels. Pendant toute la durée du confinement, les français ont continué à avoir de l’eau au robinet, de l’énergie pour se chauffer, à voir leurs déchets collectés et traités quotidiennement et à disposer d’une offre de transports en commun ou de restauration collective pour ceux qui ont poursuivi leur activité, et ce particulièrement dans les hôpitaux. Ne nous y trompons pas : cette continuité des services publics n’a été possible que grâce à la mobilisation sans précédent de tous les acteurs impliqués dans leur gestion : les collectivités publiques responsables des services, les opérateurs privés, en cas de services délégués mais aussi et surtout les milliers de collaborateurs qui ont assuré le bon fonctionnement de notre société et de notre économie durant le confinement, de manière plus visible que jamais.

La relance doit désormais être l’occasion d’engager les transformations qui nous permettront d’adapter les services publics pour les rendre encore plus résilients face aux crises à venir, qu’elles soient climatiques, sanitaires, économiques. Il va s’agir de réaliser enfin les investissements indispensables pour leur permettre de gagner en performance –afin de fournir le meilleur service au meilleur coût-,  tout en contribuant pleinement à des objectifs plus globaux sur les territoires : développement économique, emploi local, transition écologique, économie circulaire, inclusion sociale… Cette « performance sociétale/globale » constitue, j’en suis convaincu, le nouvel horizon de tous nos services publics.

Les opérateurs privés de services publics sont, de longue date, engagés pour la qualité et la performance des services publics. Forts de leur ancrage territorial, de leur capacité d’innovation et de leur agilité, ils sont désormais des partenaires incontournables des collectivités publiques pour déployer des démarches globales et/ou expérimentales sur les territoires. Ils sont prêts à jouer un rôle actif, sous le pilotage et le contrôle des collectivités publiques, dans le redémarrage de l’économie et la décarbonation de nos activités, pour nous mettre véritablement en phase avec les objectifs de lutte contre le changement climatique.

La gestion de la crise a montré que les collaborations public/privé permettaient à nos services publics de bénéficier du meilleur des deux mondes. Les mandats locaux 2020-2026 doivent être l’occasion d’inventer les délégations de service public de demain pour en faire des vrais moteurs de la compétitivité et du développement des territoires. Ces nouveaux «  contrats de service public », qu’il convient désormais de co-construire avec toutes les parties prenantes permettront à nos services publics de franchir, j’en suis convaincu, une nouvelle étape vers la performance et la résilience.