Public/privé : unir nos forces au service d’une ambition collective

La fin d’année 2018 a vu la question des services publics se hisser au sommet des agendas politiques, médiatiques et citoyens. Si on connait l’attachement des Français à leurs services publics, c’est surtout le sentiment de dégradation des services publics ressenti par les Français et sa conséquence, le déclin du principe de consentement à l’impôt, qui ont frappé les esprits.

Cette relation entre le niveau de financement et la qualité des services publics, vecteurs importants de cohésion sociale, renvoie à un critère fondamental de l’action publique : l’efficience. C’est en effet seulement en rendant tous nos services publics plus efficients qu’on pourra répondre à l’injonction d’un meilleur rapport qualité-prix.

Alors que la contrainte financière sur les collectivités publiques limite leurs capacités d’intervention, elles sont paradoxalement face à des défis d’une ampleur inédite pour répondre aux nouveaux enjeux économiques, sociétaux et environnementaux : emploi, transition écologique, préservation des ressources, développement économique des territoires, passage au numérique, vieillissement de la population, formation, inclusion sociale …

Face à ces enjeux, l’heure n’est plus aux a priori et aux idées préconçues : il est urgent de se poser les bonnes questions et de regarder ce qui fonctionne dans notre pays.

Aujourd’hui, force est de constater que des milliers de services publics locaux sont, après mise en concurrence, délégués avec succès au secteur privé dans des domaines qui touchent le quotidien des Français. L’immense majorité de ces contrats sont des partenariats « gagnant-gagnant » qui permettent à une collectivité publique de s’adjoindre l’expertise d’un opérateur professionnel. Ceci au plus grand bénéfice des millions d’usagers – clients qui utilisent chaque jour, parfois sans le savoir, ces services publics délégués.

Nous avons tout à gagner à voir s’unir les secteurs publics et privés – trop souvent décrits dans leurs oppositions- pour répondre aux enjeux collectifs.

Le partenariat entre le secteur privé, capable d’optimiser la gestion du service public dans toutes ses dimensions, et la puissance publique, garante des principes du service public, est sans doute une des clés pour résoudre l’équation actuelle : de meilleurs services publics au meilleur niveau de coût pour les usagers, et de dépenses pour les contribuables.

A travers le lancement de notre newsletter « ADN Service Public« , nous souhaitons rappeler qu’au-delà de leur statut privé, nos entreprises sont engagées de longue date aux côtés des collectivités publiques dans cette recherche de services publics de qualité, performants et innovants.

Les témoignages de nos parties prenantes (Elus, directeurs de collectivités, entreprises…) dans cette édition démontrent ainsi qu’un partenariat public/privé réussi peut permettre aux services publics de relever les enjeux auxquels ils font face sans pour autant sacrifier la qualité de service, et les valeurs d’impartialité, de continuité et d’adaptabilité qui sont les leurs.

Les membres du conseil d’administration de l’UNSPIC

Olivier GRUNBERG, Président de l’UNSPIC, Administrateur de la Fédération professionnelle des entreprises de l’eau (FP2E)

Frédéric BAVEREZ, Directeur exécutif France, Keolis

Christophe BOUTIN, Délégué général de l’Association des Sociétés Françaises d’Autoroutes (ASFA)

Marine LAPORTE-BURTIN, Déléguée générale du Syndicat des Délégataires d’Equipement de Loisirs (SYDEL)

Laurent MAZILLE, Directeur des relations institutionnelles, Transdev

Muriel OLIVIER, Déléguée générale de la Fédération Nationale des Activités de la Dépollution et de l’Environnement (FNADE)

Pascal ROGER, Président de la Fédération des Services Energie Environnement (FEDENE)

Jacques ROUX, Administrateur du Syndicat National de la Restauration Collective (SNRC)

Damien VERDIER, Directeur Stratégie & Responsabilité d’Entreprise Groupe Sodexo

 

 

Lire les autres articles de la newsletter