L’INTELLIGENCE COLLECTIVE AU SERVICE DU RÉSEAU DE CHALEUR DE NANTES

 

 

« Le réseau de chaleur de Nantes est  l’un des plus importants en fonctionnement sur le territoire français. Cette réalisation n’aurait pu se faire sans un dialogue et une co-construction à la fois technique, technologique mais aussi sociétale et environnementale ».

 

 

 

Quelles étaient les attentes et problématiques rencontrées par votre client Nantes Métropole ?

Nantes Métropole a choisi de s’engager dans la transition énergétique depuis de nombreuses années en poursuivant une politique ambitieuse de développement de réseaux de chaleur. En effet, ce mode d’alimentation en chauffage et en eau chaude sanitaire apporte une réponse aux différents enjeux de l’énergie en permettant un accès à une chaleur renouvelable et à tarif maîtrisé au plus grand nombre d’usagers. En 2012, Nantes Métropole a confié les travaux d’extension du réseau de chaleur Centre Loire et la construction de 2 chaufferies bois à ERENA, filiale d’ENGIE Réseaux. Long de 85 km et d’une puissance installée de 208 MW, le réseau Centre Loire dessert en chauffage et en eau chaude 16.000 logements dont 8 000 logements sociaux et de très nombreux équipements publics. Doté d’une mixité énergétique favorisant à  84% les énergies renouvelables, il permet ainsi d’éviter le rejet de 35 000 tonnes CO2/an.

Que pouvez-vous nous dire sur le dialogue et de la co-construction du service entre partenaires mis en place sur le contrat d’extension du réseau de chaleur Centre Loire de Nantes?

Ce réseau de chaleur est  l’un des plus importants en fonctionnement sur le territoire français et nous avions une ambition commune de réussir ce projet d’envergure indispensable pour les générations actuelles et futures.

Cette réalisation n’aurait pu se faire sans ce dialogue et cette co-construction à la fois technique, technologique mais aussi sociétale et environnementale. Nous avons donc proposé des solutions et des modes opératoires précis pour atteindre les objectifs fixés par Nantes Métropole.

Le dialogue entre nos différentes entités respectives a été constant durant toute la phase d’extension afin de trouver les meilleurs solutions aux problématiques rencontrées. Le réseau historique mesurait 25km et nous l’avons étendu de 60km. Pour y parvenir, nous nous sommes appuyés sur la connaissance terrain des équipes de Nantes Métropole à laquelle nous avons apporté notre expertise technique tant sur la partie construction de chaufferie biomasse que sur notre capacité à mobiliser des équipes travaux sur la partie extension de réseaux.

Par ailleurs, du point de vue commercial, nos équipes travaillent avec les services de Nantes Métropole  et plus particulièrement avec les « conseillers climat » qui interviennent auprès des copropriétés existantes. L’objectif est d’intégrer leur raccordement au réseau de chaleur urbain dans le cadre d’une rénovation énergétique globale. Enfin, nous collaborons également avec les aménageurs de la collectivité dans la création de projets de ZAC afin de coordonner les futurs travaux avec les autres concessionnaires.

Ce dialogue se limitait-il aux seuls services de Nantes Métropole ?

Ce dialogue s’est principalement déroulé avec notre partenaire mais il s’est élargi auprès des usagers notamment au travers d’une réunion intitulé « La commission des usagers ». Ce rendez-vous annuel mis en place par notre autorité délégante nous a permis de présenter nos projets, les avancées de nos chantiers  et d’engager des discussions avec nos différentes parties prenantes. Par ailleurs, le volet communication a été très important durant ces 4 années de travaux puisqu’un site internet et un numéro vert dédiés ont été mis en place et plus de 100 000 courriers d’information ont été distribués auprès des riverains concernés. Enfin,  dans un souci de transparence et d’information, nous avons participé au groupe de suivi mis en place par Nantes Métropole pour répondre aux interrogations soulevées par la construction de notre nouvelle unité biomasse située au sud de l’agglomération.

Ces échanges permanents avec les nantais ont permis de mieux faire accepter les nombreux travaux mais aussi de faire découvrir ce mode de chauffage collectif parfois méconnu.

 

Lire les autres articles de la newsletter